HISTOIRE
Retour accueil


L'association Patrimoine regroupe des guides interprètes diplômés qui connaissent parfaitement leur pays. Elle propose des prestations professionnelles et apporte conseils dans le choix d'un circuit pour les autocaristes, ex: 1944 une forteresse prise au piège, la route des goûts et des odeurs, grottes et silex, pays paysans paysages, l'orgie de l'eau, terre de moines... Patrimoine propose également des animations auprès des scolaires et des interventions en anglais.
Patrimoine - 26420 Saint Agnan en Vercors
04 75 48 26 93

Sur les traces de nos ancêtres


[ A l'origine, le Vercors doit son nom aux Vertacomocorii, tribu Celte qui a envahi ce territoire au temps des Gaulois. ]
Au siècle dernier, le nom de Vercors ne désignait pas l'ensemble du massif mais uniquement le territoire des cinq communes du canton de La Chapelle en Vercors.
En remontant plus avant encore, au temps de la préhistoire, le Vercors était habité par l'homme uniquement pendant les période interglaciaires.Il n'y a que 100.000 ans que l'homme a conquis le Vercors. On peut retrouver des traces de sa présence, notamment à Vassieux où se trouvent les vestiges d'un atelier de taille de silex. Un musée a été construit sur ce site afin de le préserver et de le présenter au public : le musée de la préhistoire à Vassieux. La grande glaciation qui est ensuite survenue a pendant relativement longtemps empéché l'homme de revenir dans ce massif. On retrouve des traces de son retour à St Nizier, datant de 35.000 ans. Puis, peu à peu, il s'est installé définitivement (4000 ans). C'était alors un paysan, un éleveur ou un artisan. De nombreux gisements préhistoriques attestent de sa présence au fil des époques.

Le Vercors et la Résistance

[ Le Vercors, un Haut lieu de la Résistance : symbole de l'espoir et de la lutte contre l'oppresseur, la montagne du Vercors fut un maquis célèbre grâce au plan Montagnard. ]
Le terrain et la complicité active des habitants avaient permis l'organisation d'une vaste campagne de résistance. Malheureusement, le Vercors en 1944 en subit les conséquences et vécut les pires horreurs. Villages détruits, population sauvagement assassinée, tel fut le prix à payer du combat pour la liberté.
La cours des fusillés à la Chapelle, les ruines de Valchevriere, la grotte de la Luire ainsi que le village de Vassieux sont autant de lieux porteurs d’un passé lourd et douloureux. Lieu de mémoire et de découverte, Vassieux en Vercors à travers son mémorial et son musée est un village incontournable de la résistance française.

Le désenclavement

[ Si le coeur du massif est plat, d'abruptes barres rocheuses l'entourent de tous côtés, et seules quelques impressionnantes routes permettent d'y accéder. Cette particularité géographique détermine la vie et l'économie des villages du plateau. ]

Au début du XIX siécle, 5000 personnes habitaient sur le Vercors central.
Sur le plateau, à cette époque on ne pouvait circuler qu'à pied ou à cheval.
L'économie locale se résumait à l'agriculture traditionnelle.
Trés vite s'est fait ressentir le besoin de communication avec l'extérieur du massif.
La construction des routes permettant cet accès a nécessité un siècle de travail.

Les Grands Goulets
Jusqu'au début du XIX (1828), le Vercors central était relié au Royans par le sentier muletier de l' Allier.
Aprés maintes études et réflexions, le 25 septembre 1843 les travaux des Goulets ont commencé. Il aura fallu 8 ans pour que les Grands et les Petits Goulets soient ouvert à la circulation. Mais pour l'accès aux véhicules il a fallu attendre encore 3 ans.

Les Gorges de la Bourne
Elle est née de la volonté de relier Pont-en-Royans à Villard de Lans. Les travaux dans les gorges ont débuté en 1861. Il a fallu attendre 10 ans pour que l'arche du pont de Goule-Noire soit décintrée.

Combe Laval
Au XIX siécle, les moyens de communication étaient insuffisants pour exploiter la filière bois dans la forêt de Lente. C'est en 1861 que l'idée de la construction de la route de Combe Laval est née. La construction n'a, quand à elle, commencé qu'en 1893 et s'est achevée en 1896. Elle sera ouverte à la circulation en 1898. Aprés ces nombreux travaux de désenclavement du Vercors, les conditions de vie se sont alors transformées. Le tourisme est devenu possible, l'économie s'est diversifiée. Mais avec l'augmentation de la circulation de nouveaux besoins sont apparus au cours du XX siècle. En 1872 les Goulets ont été élargis, Combe Laval a dû attendre 1938. En 1913 un service de transport de passagers fut mis en place entre St Eulalie et La Chapelle. En 1920, la voie ferrée liant Grenoble à Villard de Lans est ouverte (qui fermera par la suite).

L'habitat vertacomicorien

[ qu'est-ce qu'un « saut de moineaux » et une « couve » ? ]
Chaque vallée du Vercors possède ses maisons construites avec les matériaux trouvés sur place; c'est ainsi que l'on trouve les constructions en petites pierres plates calcaires à St Martin et St Julien, et celles en pierre de moraine rondes à St Agnan en Vercors.
Quant à la pierre de taille, elle était utilisée partout en élément de stabilité des façades. Après les bombardements sur La Chapelle en Vercors et Vassieux, l'unique matériau employé pour la reconstruction fut le grand moellon de calcaire. Les fermes traditionnelles du Vercors se caractérisent par leurs escaliers en lauzes (grandes dalles plates de calcaire) le long des murs pignons. Appelés «sauts de moineaux», ils protégaient des intempéries les toits autrefois couverts de chaume. L'épi de faîtage était une pierre arrondie posée sur la plus haute des dalles. Cette «couve» symbolisait la fertilité. Au 19ème siècle, on abandonna les toitures de chaume au profit de l'ardoise et la tôle dans le Nord, des tuiles dans le Sud du massif.


 
Mentions légales  © Avenue-web